Actualité

Table ronde sur les incubateurs d'enseignement supérieur lors de la conférence CGE

Quel est l'impact des incubateurs des établissements d'enseignement supérieur ?

Plusieurs experts étaient réunis lors d'une table ronde animée par Francis Bécard pour évoquer leur impact, notamment sur leur rôle dans le développement de l'entrepreneuriat.

Le 04 avril 2017, la Conférence des Grandes Écoles a convié à Paris un grand nombre d'acteurs de l'entrepreneuriat afin de présenter l'étude réalisée sur les incubateurs d'enseignement supérieur et de la recherche sur les dynamiques territoriales. 

Aujourd'hui l'entrepreneuriat chez les jeunes ne cesse de se développer ! On recense près de 5000 étudiants-entrepreneurs et 5,3% des étudiants en sortie de cursus crééent aujourd'hui leur entreprise. Un chiffre qui selon l'étude présentée par Hubert Duault devrait rapidement atteindre les 15% dans les prochaines années. 

Après les interventions d'Anne-Lucie Wack, présidente de la CGE ou encore Thibault Lanxade, vice président du MEDEF, ce fût l'occasion d'organiser une table ronde animée par Francis Bécard, Directeur Général du Groupe ESC Troyes et de la Technopole de l'Aube ! Celle-ci a réuni différents experts du monde de l'entrepreneuriat : Jean-Francois Balducchi, Consulting Director d'International Association of Science Parks, Gabrielle Gauthey, directrice des investissements et du développement local et membre du comité de direction de l'Établissement Public et du Groupe CDC, Anne Lichtenberger, adjointe à la directrice du développement économique et responsable de l'incubateur des Mines d'Alès, Béatrice Viannay Galvani, déléguée générale de 100 000 entrepreneurs et pour finir Olivier de Pembroke, président national du Centre des Jeunes Dirigeants d'entreprise.

Tous notent un véritable développement de l'entrepreneuriat en France. Les structures d'accompagnement de plus en plus élaborées permettent un dispositif de qualité ! Francis Bécard parle même de "véritable prise de conscience". Cette évolution est due notamment au travail des écoles de l'enseignement supérieur comme le souligne Jean-François Balducchi, qui n'hésite pas à les qualifier de "pionnières". Cependant pour tous, il reste encore du chemin à faire pour favoriser au maximum la création d'entreprises et de start-up et stimuler l'innovation. Par exemple, en renforçant les strucutres d'accompagnement en les faisant bénéficier de dispostifs facilitants ou encore pour Olivier de Pembroke "En s'intéressant plus à l'entrepreneur qu'à l'entreprise, c'est à dire en favorisant l'humain". 

Cette table ronde a été l'occasion d'apporter une véritable expertise sur la question des incubateurs mais aussi de répondre aux questions des différents acteurs du monde de l'entrepreneuriat présents lors de l'événement.

Il reste donc encore beaucoup de travail, mais comme a conclu Francis Bécard : "Le seul combat que l'on acceptera de perdre, c'est celui que l'on n'aura pas livré !"

Retour